Philippines volcano: UN stands ready with support, as thousands told to flee (UN News)

The UN is concerned over warnings issued by Philippines’ authorities that volcanic eruptions on the country’s most populous island could last “days, months or even years”.

https://news.un.org/en/story/2020/01/1055322?utm_source=IOM+External+Mailing+List&utm_campaign=3c0c339d30-EMAIL_CAMPAIGN_2020_01_16_05_40&utm_medium=email&utm_term=0_9968056566-3c0c339d30-43573965

DJIBOUTI: TROIS AGENCES DE L’ONU PROMETTENT D’AIDER LE PAYS À ATTEINDRE LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE by UN NEWS

En déplacement ce weekend à Djibouti, les chefs de trois agences des Nations Unies ont promis d’;aider ce pays à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), en mettant notamment l’;accent sur la santé et la lutte contre la malnutrition.
« Le pays a réalisé d’;importants progrès pour améliorer la santé de la population, en particulier des enfants et des femmes. La mortalité des enfants de moins de cinq ans et maternelle a été réduite de moitié au cours des deux dernières décennies », a noté le Directeur général de l’;Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus.
« Des programmes équitables et efficaces de santé sont essentiels, en particulier en renforçant la couverture universelle de santé et en intensifiant la lutte contre les éventuelles épidémies, comme le choléra, grâce à un système de surveillance et d’;alerte efficace », a-t-il ajouté.
Lors de leur visite, Dr. Tedros, accompagné du Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l’;enfance (UNICEF), Anthony Lake, et du Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), David Beasley, ont rencontré le Président djiboutien, Ismail Omar Guelleh, avec qui ils ont discuté de la coopération des Nations Unies avec la République de Djibouti.
Les chefs d’;agences onusiennes ont discuté de leur engagement à accélérer les efforts du gouvernement pour atteindre les ODD et le rôle clé de Djibouti dans les réponses aux crises humanitaires dans la région.
Le Directeur exécutif de l’;UNICEF, Anthony Lake, a déclaré que l’;UNICEF et les deux autres organisations appuieront les efforts de Djibouti pour atteindre les ODD, en mettant l’;accent sur la malnutrition, particulièrement chez les enfants –; et sur la santé et l’;accès à l’;eau potable et à l’;assainissement.
« Ici à Djibouti ou ailleurs, investir dans la nutrition est l’;un des moyens les plus rentables pour garantir la survie et l’;avenir des enfants et soutenir en conséquence la croissance à long terme de leurs sociétés. Cela signifie qu’;il est important de travailler ensemble dans tous les secteurs – y compris la santé, l’;eau, l’;hygiène et l’;assainissement, l’;agriculture et même la protection sociale – pour atteindre chaque enfant à risque. Nous encourageons Djibouti à rejoindre le mouvement mondial ‘;Scaling Up Nutrition’; pour mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes », a dit M. Lake.
Le Directeur du PAM, David Beasley, a félicité la République de Djibouti pour le rôle stratégique et central de son appui à la réponse du système des Nations Unies aux crises humanitaires dans la région, surtout en ce qui concerne l’;épidémie de choléra au Yémen.
« L’;approvisionnement en nourriture, vaccins, médicaments et d’;autres intrants essentiels pour faire face aux urgences dans la région dépend des installations logistiques que Djibouti offre aux agences de l’;ONU », a déclaré M. Beasley. « Djibouti joue et continuera à jouer un rôle clé en fournissant un appui logistique crucial pour les réponses aux urgences et les programmes de développement ».
La délégation a également discuté du nouveau cadre d’;aide au développement des Nations Unies couvrant la période 2018-2022 et qui sera soumis sous peu à l’;approbation de Djibouti. Il vise à garantir une plus grande synergie et complémentarité des interventions des agences, fonds et programmes des Nations Unies en appui aux efforts de l’;Etat et accroître l’;effet multiplicateur de leur contribution au développement du pays.

L’AUSTRALIE DOIT METTRE FIN À LA PRATIQUE DU ‘TRAITEMENT OFFSHORE’ DES RÉFUGIÉS, SELON LE HCR (UN NEWS)

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a exhorté lundi l’;Australie à mettre fin immédiatement à la pratique du ‘;traitement offshore’; des réfugiés relevant de sa responsabilité et de travailler avec le HCR sur de futures alternatives pour sauver des vies en mer et protéger les personnes dans le besoin.

« La politique australienne sur le traitement et le placement offshore en Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Nauru, qui interdit l’;accès aux procédures de demande d’;asile en Australie pour les réfugiés arrivant par la mer sans un visa valide, cause depuis trop longtemps des souffrances extrêmes et évitables », a dit M. Grandi dans une déclaration à la presse.

Environ 2.500 réfugiés et demandeurs d’;asile ont été transférés de force par l’;Australie vers des installations de ‘;traitement offshore’; en Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Nauru depuis l’;introduction, en 2013, de cette politique.

Quatre ans après le début de la mise en œuvre de cette politique par les autorités australiennes, plus de 2.000 personnes (environ 1.100 à Nauru et 900 autres en Papouasie-Nouvelle-Guinée) sont toujours détenues dans des « conditions inacceptables », a déploré le Haut-Commissaire. « Des familles ont été séparées et beaucoup ont subi des préjudices physiques et psychologiques », a-t-il dit.

<h5><em>Réunir les réfugiés vulnérables avec leurs familles en Australie</em></h5>

Dans le contexte de cette situation humanitaire désastreuse, le HCR avait exceptionnellement accepté en novembre dernier d’;aider à la réinstallation des réfugiés aux Etats-Unis, suite à un accord bilatéral entre Canberra et Washington. « Nous avions accepté de le faire car l’;Australie s’;était préalablement engagée à autoriser enfin les réfugiés vulnérables ayant des proches sur son territoire à les rejoindre et s’;y installer », a précisé M. Grandi.

A la suite de cet accord, le HCR a présenté, ces huit derniers mois, des dossiers de candidature aux Etats-Unis pour la réinstallation de plus de 1100 réfugiés. Un autre groupe de 500 personnes attend toujours l’;issue de la procédure de détermination du statut de réfugié mené par les autorités de Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Nauru, selon leur arrangement avec l’;Australie.

Or le HCR a été récemment informé par l’;Australie de son refus d’;accepter l’;entrée de ces réfugiés vulnérables. Ceux-ci ont été informés, ainsi que d’;autres à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, que leur seule option est de rester dans ces deux pays ou d’;être transférés au Cambodge ou aux États-Unis.

« Cela signifie, par exemple, que certains d’;entre eux souffrant de graves problèmes médicaux ou ayant subi des expériences traumatisantes, y compris la violence sexuelle, ne peuvent pas recevoir le soutien de leurs proches résidant en Australie », a regretté le chef du HCR.

Pour mettre fin à ces épreuves, le HCR n’;a pas d’;autre choix que d’;organiser la réinstallation aux Etats-Unis de tous les réfugiés se trouvant en Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Nauru, même ceux ayant des proches en Australie.

« Il ne fait aucun doute que ces personnes vulnérables, ayant déjà vécu pendant quatre ans dans des conditions effroyables, devraient être réunies avec leurs familles en Australie, ce qui serait une décision raisonnable et empreinte d’;humanité », a déclaré M. Grandi, soulignant que la décision du gouvernement australien de leur refuser cette possibilité est contraire aux principes fondamentaux d’;unité familiale et de protection des réfugiés, et simplement au respect d’;autrui.

<h5><em>« La pratique du modèle offshore de traitement et de placement a eu des conséquences extrêmement préjudiciables »</em></h5>

« Le HCR souscrit pleinement à la nécessité de sauver des vies en mer et de proposer des alternatives aux traversées périlleuses et à l’;exploitation par les passeurs. Toutefois la pratique du modèle offshore de traitement et de placement a eu des conséquences extrêmement préjudiciables », a dit le Haut-Commissaire. « Elle révèle une contradiction fondamentale entre le sauvetage en mer et le mauvais traitement des personnes secourues ».

Le Haut-Commissaire a rappelé que la « fière tradition humanitaire » de l’;Australie qui se manifeste par son soutien à l’;aide humanitaire dans d’;autres pays et à son programme de longue date pour la réinstallation des réfugiés.

Alors que les déplacements de population à l’;échelle mondiale atteint un niveau record, l’;agence des Nations Unies pour les réfugiés juge crucial que tous les États offrent une protection aux survivants de la guerre et des persécutions et qu’;ils ne subordonnent pas leurs responsabilités à d’;autres. « Les réfugiés, nos semblables, le méritent », a rappelé M. Grandi.

CENTRAFRIQUE: LE CHEF DE L’ONU CONDAMNE L’ATTAQUE QUI A COÛTÉ LA VIE À UN CASQUE BLEU À BANGASSOU (UN NEWS)

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné le meurtre d’;un Casque bleu marocain de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) lors d’;une attaque perpétrée dimanche par des membres présumés de milices anti-Balaka dans la ville de Bangassou.

Trois autres Casques bleus ont également été blessés dans cette attaque qui s’;est produite dans le sud-est du pays.

« Le Secrétaire général est consterné par les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies et exhorte les autorités centrafricaines à enquêter sur l’;incident et à traduire les coupables en justice », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse publiée le soir de l’;attaque.

Par la voie de son porte-parole adjoint, M. Guterres s’;est dit profondément préoccupé par les combats qui perdurent dans le sud-est de la République centrafricaine (RCA) et a appelé toutes les parties à mettre fin à la violence. « Le Secrétaire général réitère son soutien aux efforts de la MINUSCA pour protéger les civils et aider à la stabilisation de la sécurité dans le pays », a souligné M. Haq.

Le chef de l’;ONU a présenté ses condoléances à la famille endeuillée et au gouvernement du Royaume du Maroc et également souhaité un prompt rétablissement aux personnes blessées au cours de l’;attaque.